TÉMOIGNAGES

 

 La formation En’Man’Dō a créé un changement en profondeur chez moi aussi bien dans ma pratique musicale professionnelle que dans ma vie quotidienne. Grâce à elle, j’ai compris que toutes les difficultés rencontrées dans le milieu de la musique comme le stress, la pression de réussir, la sensation de ne pas être légitime dans le milieu ne sont en aucun cas des fatalités, mais des projections de notre propre esprit que nous nous communiquons les uns aux autres. Cela a été une des prises de conscience la plus importante pour moi : il existe une autre approche de la musique que celle dans laquelle j’évoluais jusque-là, il est possible de retrouver l’envie dévorante et les émotions puissantes qui ont fait que nous avons eu envie de faire ce métier au départ. Souvent pendant les différents stages, quand j’expérimente de jouer en public sans jugement, en lien avec le public et en étant pleinement présente à ce que je fais, je me dis : « C’est pour des moments comme ça que je fais de la musique ! ». La formation En’Man’Dō m’a reconnectée avec le fondement même de la musique, c’est-à-dire de partager un art sensoriel, véhiculant des émotions intenses avec le public et ses partenaires musiciens. A présent, cette formation infuse ma vie au quotidien, et parfois je regrette de ne pas avoir pu faire cette méthode pendant mes études.

Quand j’ai réalisé mon récital de Master à Genève, je me rappelle de mon professeur de l’époque qui m’a dit : « Je ne comprends pas, tu joues vraiment bien, c’était un beau récital, un beau programme, mais je ne me sens pas complètement touché quand tu joues. C’est bizarre, parce que je devrais puisque tu joues si bien ! Maintenant que tu as ton Master, essaie de travailler là-dessus ». Cela a été dur à entendre à ce moment-là. Puis j’ai découvert la formation En’Man’Dō quelques mois plus tard, et maintenant j’ai l’impression d’avoir enfin compris ce que mon professeur voulait dire. Faire de la musique, ce n’est pas juste jouer de son instrument correctement, c’est bien plus que ça, et cette formation me l’a montré. Faire de la musique, c’est toucher son public en acceptant d’être touché en retour. Je rêverais d’avoir une deuxième chance et pouvoir refaire mon récital de Master en le préparant de cette façon. C’est pourquoi je trouve que c’est si important de proposer En’Man’Dō aux jeunes musiciens étudiants, afin de leur donner le plus tôt possible la possibilité de développer cette approche dans leur pratique.

 

Maud, flûte

•••••••••

 

J'ai découvert En’Man’Dō à une période ou je préparais des concours d'orchestres. Je recherchais des solutions pour gérer le trac. Ma première expérience de cette approche a été extrêmement intense, et a dépassé mes attentes. Le résultat que je voulais était là, je jouais en public sans trac, mais les possibilités que laissait entrevoir ce travail allaient tellement au delà, que la simple gestion du trac en devenait presque anecdotique.

Cette approche nous ouvre à la perception de notre propre corps, à l'accueil de nos sensations, au partage avec d'autres musiciens et avec le public, ainsi qu'à la bienveillance avec soi et avec les autres. La question de gérer le trac devient obsolète puisque la situation n'est plus vécue comme une menace mais comme un moment de partage.

Depuis que j'ai approfondi ce travail en participant à la formation complète avec Yves  et Rosmarie, cette approche m'a ouvert des horizons qui m'étaient jusque là inconnus. Non seulement j'ai découvert une approche infiniment plus riche que ce que j'étais venu chercher, mais les fruits de cette pratique ont largement dépassé le cadre de la musique. Cela fait maintenant partie de ma vie et a progressivement infusé mon quotidien et mes choix dans tous les aspects de ma vie.

Je me rends compte maintenant avec le recul que cette formation a été indispensable à mon épanouissement musical et personnel, et que c'est quelque chose qui manquait cruellement à ma formation jusque là.

 

Mathurin, alto

•••••••••

 

J’ai découvert cette approche, la première fois, lors d’un séminaire que donnait Yves à la Haute École de Musique de Genève. Le principe de ce séminaire était le suivant : d’abord laisser un musicien jouer un extrait d’une œuvre en solo devant plusieurs camarades (dont je faisais partie), puis, après un accompagnement de Yves, faire rejouer le même extrait. Avant l’accompagnement, on observe chez tous les musiciens beaucoup d’appréhension avant de jouer, puis au moment de l’exécution, malheureusement comme 95% des musiciens, on sent beaucoup de trac, c’est "l’épreuve" de devoir jouer seul en public. Il en résulte souvent une perte des moyens techniques, mais surtout une grande perte de plaisir de jouer et de partager, coupant ainsi les émotions liées à l’œuvre jouée, mais aussi l’esprit créatif, la musicalité. Cela peut aller également jusqu’à la perte de sensations dans les membres et bien entendu la sensation de boule dans l’estomac ou dans la gorge etc.

Ensuite, par l’intermédiaire d’un accompagnement bien précis et adapté avec beaucoup de finesse à chaque musicien, Yves a pu changer la vision de chaque musicien, changer la perception de l’expérience de jouer en public, en apportant des éléments essentiels : le non-jugement, la perception de tout ce qui nous entoure, la bienveillance, créer du lien avec toutes personnes présentes mais surtout l’observation de tout ce qu’on perçoit au sens le plus large sans jamais agir ou contrôler. J’ai été littéralement stupéfait, le musicien, quelques minutes après l’accompagnement de Yves, était totalement apaisé, semblait nettement plus solide et confiant, avait retrouvé la pleine sensation de son instrument, musicalement il y avait beaucoup d’émotions, un esprit créatif bien plus développé et un son totalement changé, chaleureux, plein, avec une palette de couleurs bien plus riche et ceci, quel que soit l’instrument. Cette démarche, en plus d’être très efficace, se fait dans une totale bienveillance, sans aucune agressivité ou contrainte, comme on peut malheureusement souvent trouver en musique. Yves permet aux musiciens de pouvoir trouver et développer cette puissance de vie, d’existence et de bienveillance que l’on a tous au fond de nous et qui permet de pouvoir travailler, jouer en public ou en examen avec le plus grand plaisir de partager, de créer du lien, de faire voyager autant soi-même que le public dans les richesses infinies de l’imaginaire. C’est le principe même de la musique et pourtant même certains grands musiciens passent à côté de cette évidence.

Pour ma part j’ai pu participer dans un premier temps aux séminaires à la HEM de Genève l’année après avoir découvert cette méthode avec Yves Cortvrint. Ça a été pour moi un grand privilège d’être accompagné par Yves, cela a changé totalement la vision de la musique, l’apprentissage du violon, la transmission pour les élèves, mais pas seulement, c’est l’entière perception d’existence qui a changé, au-delà du monde de la musique. Par la pratique quotidienne d'En’Man’Dō, il  résulte un bien-être, un équilibre, une bienveillance, une sérénité qui, une fois qu’on y a gouté, nous fait comprendre l’importance de cette approche.

J’ai par la suite eu la chance de participer à un stage En’Man’Dō avec Yves mais aussi Rosmarie Burri. Son approche est vraiment précieuse et se complète à merveille avec celle de Yves. Ça a été une expérience humaine incroyable et m’a permis d’aller plus loin, de comprendre davantage d’éléments, mais surtout de pouvoir installer tout ceci plus profondément et de pouvoir continuer à le développer au quotidien de façon plus autonome, chose que j’avais encore du mal à faire avant ce stage. De plus, ce stage a permis de pouvoir appliquer cela à divers groupes de musique de chambre, faisant approfondir la notion de création du lien en groupe.

Je terminerai sur l’importance de diffuser, de partager au maximum l’existence de cette approche proposée par Rosmarie et Yves. Lorsque l’on y a gouté ne serait-ce que quelques minutes, on se rend compte de son importance pour les musiciens. C’est une immense chance pour moi d’avoir pu y accéder, et je remercie avec la plus grande sincérité et du fond du cœur Rosmarie et Yves.

 

 

Merry, violon

•••••••••

  

Au mois d’août j'ai réussi l'audition de clarinette solo au Tokyo Philarmonic Orchestra et à partir de l'année prochaine je commencerai une période d'essai dans cet orchestre. Mes remerciements vont à toute l'équipe des professeurs qui m'ont aidé à faire un travail d'amélioration selon la discipline du travail des traits d'orchestre mais aussi je voudrais donner une distinction au travail que j'ai fait avec Yves Cortvrint.

Avec Yves,  j'ai appris beaucoup à écouter au sens universel: (l'écoute plus profonde de la sonorité, mais aussi l'écoute de notre corps dans le moment du concours). Yves dit que le corps est notre premier instrument et qu'on doit  prendre soin de lui.

Le cas particuliers de mon concours : il s'est déroulé en deux tours (le 8 et le 23 août). La finale était très intéressante pour moi parce qu'il y avait tout l'orchestre qui écoutait et il y avait 18 traits d'orchestre à jouer d'affilée. Le travail que j'ai fait avec Yves m'a aidé pour gérer mes soucis de respiration et d'appuis de l'air et surtout à contrôler les émotions et la scène au moment du concours. Quand je suis dans un moment de concours j'arrive plus facilement à gérer chaque instant de mon jeu en étant plus ancré au sol et avec moins de peur du jugement : j'arrive à sentir, percevoir, chaque instant de mon jeu en arrivant à être beaucoup plus présent et conscient de ce que je fais.

Cette condition de bien-être sur scène est le fruit d'un travail quotidien et d'écoute intérieure réalisé à travers des exercices de la méthode En'Man'Dō.

Par ce mail, je voudrais raconter le vécu de mon concours et témoigner de ce que le travail fait avec Yves Cortvrint m'a apporté. Je voudrais encourager les étudiants de l'HEM à participer au travail d'Yves Cortvrint parce qu'il amène chaque personne à trouver cette condition d' "état de grâce" qui permet de se réaliser au mieux sur la scène et dans la musique.

 

Alessandro, clarinette

•••••••••

 

Je trouve ce travail très beau, profondément humain et réconciliateur.

J'avais tendance à voir le public et les autres comme une menace - sans même m'en rendre vraiment compte. Lors des stages, j'ai vraiment pu expérimenter la puissance de laisser être tout ça, par le travail En'Man'Do, et peu à peu, sentir comment tout changeait. J'ai découvert que c'était possible d'être bien avec un public, pour de vrai! D'être dans un rapport simple avec lui et de lui offrir un cadeau. Très fort.

Ça m'a aussi permis de réaliser combien tout ce qui est autour de nous nous touche - qu'on le veuille ou non...

C'est un travail à la fois difficile et très simple, très juste et très beau. Merci pour votre accompagnement au profond.

 

L. comédienne

•••••••••

 

Voici des nouvelles de mes examens de violon ( je termine le master)...

vos deux séances ont coïncidé, pour ma part, avec des changements d'état de pensée... J'ai alors pris conscience du fait que j'avais le nécessaire en main pour y arriver! Et en 2 jours je suis arrivée à remonter la pente et à faire un récital qui dépassait les espoirs de tous ceux qui m'avaient entendu peu avant (mes parents, amis et mon prof) et j'ai décroché un 18 (que je n'avais jamais atteint auparavant). En tous cas, j'ai pu regarder mon stress, l'accepter et le laisser aller sans lui accorder d'attention particulière. Et ça m'a aidée! Ne plus penser à lui mais à la musique...

 

V. violon

•••••••••

  

Je voulais vous remercier profondément pour cette découverte. Je suis a la base quelqu'un de très torturée et très stressé, et je suis devenue une autre personne. Calme, souriante, organisée mais surtout passionnée de musique. Et c'est sur ce point que ma vie change particulièrement. J'ai l'impression de redécouvrir la musique. Je me lève tous les jours avec l'envie de jouer. Je ne sais pas encore quel effet cela aura sur mon trac... mais je suis très confiante.

 

E. flûte

••••••••• 

 

Voici quelques nouvelles de mon examen de clavecin...Ça s'est vraiment très bien passé! ... ça a été très riche en émotions. Dans tous les sens du terme! Je suis vraiment passée par tous les états dans les jours qui ont précédé, mais au moment de jouer, j'étais vraiment là. Pas de doute possible. Et tout le monde a été touché. ... Pas de perte de moyens pendant l'examen. Et j'ai pu surmonter les petites faiblesses dans l'instant, sans que ça se répercute sur la suite. J'ai même pu faire des choses auxquelles je n'avais jamais pensé avant.

Mon jeu a été enrichi et j'avais vraiment cette volonté d'expression, de message et d'émotion à partager.

Mon professeur a aussi remarqué que j'avais une meilleure présence sur scène dés mon entrée. ...

Un membre du jury m'a même dit: "Enfin, j'ai entendu de la musique. J'ai été touchée de la première note jusqu'à la dernière". Je pense que c'est là l'essence même de notre métier. Donc, merci à toi et à la méthode de m'avoir permis de surmonter les obstacles qui semblaient inéluctables jusqu'à il y a très peu de temps.

 

Isabelle, clavecin

•••••••••

 

J'ai réussi à me mettre en contact avec l'autre exécutant d'une manière plus consciente tant du point de vue dynamique que rythmique, créant une sonorité d'ensemble plus homogène... la performance y a gagné, grâce à une meilleure écoute de soi et de l'autre, non seulement d'un point de vue sonore mais aussi en terme de présence.

 

V. guitare

•••••••••

 

Après quelques séances et de l'entrainement personnel, je suis capable d'approcher par moi-même l'état de conscience qu'on peut atteindre lors d'un accompagnement. Je remarque un changement dans ma posture, plus droite et plus ouverte, moins refermée sur moi-même. Je perçois alors différemment mon environnement et les personnes qui m'entourent....Une ouverture bienveillante sur le monde...

I.

•••••••••

 

Oui, je crois sincèrement votre séance m'apporté le calme et de confiance.

J'ai évidemment  travaillé pour que les examens soient préparés mais j'ai pu trouver le calme et de l’énergie à l'intérieur et mes examens sont bien passés.

Je vous remercie et j'espère que beaucoup de monde puisse trouver cet état…

 

•••••••••

 

Cet atelier m'a permis de renouer avec mon rêve initial du plaisir que peut apporter le jeu de l'instrument, et en particulier de l'accordéon pour moi.

J'avais en effet perdu ce plaisir, un peu plus chaque fois depuis 4 ans, après le stress vécu à chaque audition-examen d'instrument.

Je vivais aussi une peur, un frein à reprendre l'instrument durant ces mois de vacances - une voix intérieure disait «à quoi bon encore jouer si chaque fois tu paniques devant un public...».

J'ai vraiment retrouvé du plaisir à jouer le samedi de l'atelier. Et depuis, je

prends plaisir à revisiter et rejouer les partitions du cours